BNSSA

A la rentrée de septembre 2017, Gravelines Natation, en partenariat avec la Croix Blanche de Loon-Plage vous proposent une formation au BNSSA.

Tous les candidats doivent avoir 17 ans révolus le jour de l’examen qui aura lieu entre avril et juin 2018.

Le BNSSA en résumé

Diplôme d’État délivré par le ministère de l’intérieur, le brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique (BNSSA) permet :

  • de surveiller des piscines privées, des plages publiques ou privées ;
  • d’assister les maîtres nageurs sauveteurs (MNS) et les personnes titulaires du brevet d’État d’éducateur sportif des activités de la natation (BEESAN) dans la surveillance des piscines publiques ;
  • de manière dérogatoire, sous réserve d’une autorisation préfectorale et pour une durée déterminée, de surveiller les lieux de baignade à accès payant.

Les différents cours

Il n’y a pas de secret : Pour avoir un diplôme, il faut avoir un bon niveau en natation et travailler !
C’est pourquoi nous proposons des cours de natation tous les samedis matin de 08h00 à 09h00 pour ceux qui en auraient besoin. (Un test de niveau sera réalisé)
Concernant la partie “sauvetage” en piscine, les cours auront lieu le mercredi de 20h00 à 21h30.
Pour les cours de réglementation (théorie), ils seront dispensés pendant les vacances scolaires lors de sessions spéciales que nous organiserons. Il s’agira de journées complètes où l’on fera de la théorie et de la pratique. L’organisation de session de formation sera définie en fonction du nombre de participants.
Pour les cours de secourisme (PSE1), ils seront dispensés dans nos locaux par la Croix Blanche de Loon-Plage lors des vacances scolaires. Il s’agit d’une semaine complète de cours de 35 heures.

Les tarifs

  • BNSSA + PSE1 : 370 euros (350 euros si adhérent du Club)
  • BNSSA + PSE1 + PSE2 : 470 euros (450 euros si adhérent au Club)
  • Option Permis côtier : 296 euros (+timbres fiscaux)
  • Option Permis côtier + Permis fluvial : 472 euros (+timbres fiscaux)
  • Recyclage : 180 euros (170 euros si adhérent du Club)
  • Règlement par chèque libellé à l’ordre de Gravelines Natation
  • Un deuxième chèque de 30 euros sera libellé à l’ordre de la Croix Blanche pour les frais de dossier
  • Les inscriptions seront prises à compter de septembre. Néanmoins vous pouvez réserver votre place dès maintenant en nous écrivant à contact@gravelines-natation.fr

Épreuves du BNSSA

L’examen se compose de 4 épreuves :

  • épreuve N°1 – parcours de sauvetage aquatique de 100 mètres avec apnées et remorquage d’un mannequin ;
  • épreuve N°2 – parcours de sauvetage aquatique de 250 mètres avec palmes, masque, tuba et remorquage d’un mannequin ;
  • épreuve N°3 – secours à personne en milieu aquatique ;
  • épreuve N°4 – questionnaire à choix multiple (QCM) sur les aspects réglementaires et pratiques.

Pour être déclaré admis, le candidat doit être jugé apte à chacune des épreuves.

Epreuve n° 1

Elle consiste en un parcours de sauvetage aquatique en continu de 100 mètres, en bassin de natation, comprenant : ­

  • un départ du bord du bassin ou d’un plot de départ, suivi de 25 mètres nage libre en surface ;
  • ­deux parcours de 25 mètres, comprenant chacun 15 mètres en immersion complète sur un trajet défini (matérialisé au fond et sur les bords), sans que le candidat ne prenne appui ;
  • ­une plongée dite en canard , suivie de la recherche d’un mannequin qui repose entre 1,80 mètre et 3,70 mètres de profondeur ; le candidat remonte le mannequin en surface, puis le remorque sur 25 mètres, visage hors de l’eau.

La position d’attente du mannequin au fond de l’eau est indifférente et est située à 5 mètres au plus de la fin du parcours ; le mannequin doit être de modèle réglementaire, c’est à­ dire d’un poids de 1,5 kg à une profondeur d’un mètre. Lors du remorquage le mannequin doit avoir les voies aériennes dégagées, pour cela la face visage du mannequin doit se trouver au dessus du niveau de l’eau.

A chaque virage, le candidat doit toucher la paroi verticale du bassin ou un repère matérialisé. L’épreuve est accomplie sans que le candidat ne reprenne pied. Cependant, celui-ci est autorisé à prendre appui au fond, lors de la saisie et de la remontée du mannequin. Le candidat effectue l’épreuve en maillot de bain. Le port d’une combinaison, lunettes de piscine, masque, pince-nez ou tout autre matériel n’est pas autorisé.

Pour être jugé apte, le candidat doit réaliser l’épreuve, dans les conditions prescrites ci-dessus, en moins de :

  • ­2 minutes et 40 secondes inclus, lors de l’examen ;
  • ­3 minutes, lors de la vérification de maintien des acquis.

Epreuve n° 2

Elle consiste en un parcours de sauvetage avec palmes, masque et tubas, en continu de 250 mètres, en bassin de natation :

  • au signal du départ de l’épreuve, le candidat s’équipe dans ou hors de l’eau ;
  • le candidat parcourt 200 mètres en palmes, masques et tuba en touchant le mur à chaque virage. A la fin du parcours de nage, il doit effectuer une immersion pour rechercher un mannequin situé à 5 mètres maximum du bord du bassin. Il repose sur une profondeur située entre 1,80 mètre et 3,70 mètres au plus. Cette recherche se fait après avoir touché l’extrémité du bassin ;
  • le candidat remonte le mannequin dans la zone des cinq mètres. Il le remorque sur le reste de la distance du parcours. Le contact à l’extrémité du bassin est obligatoire lors du virage (bassin de 25 mètres) et à l’arrivée ;
  • la remontée et le remorquage du mannequin se font sans utiliser l’anneau de celui-ci. Le remorquage s’effectue en position dorsale. Le candidat peut ne plus utiliser le masque et tuba ;
  • les 200 premiers mètres s’effectuent en utilisant l’ensemble du matériel (palmes, masque et tuba). Si le candidat rencontre une difficulté ou un défaut de matériel, il effectue la remise en place de celui-ci sans reprise d’appui ;
  • lors du remorquage, le mannequin doit avoir les voies aériennes dégagées, pour cela la face visage du mannequin doit se trouver au dessus du niveau de l’eau ;
  • la position d’attente du mannequin au fond de l’eau est indifférente ;
  • le mannequin doit être de modèle réglementaire, c’est-à-dire d’un poids de 1,5 kg à une profondeur d’un mètre.

Pour être déclaré apte, le candidat doit réaliser l’épreuve en moins de 4 minutes et 20 secondes inclus, dans les conditions prescrites ci-dessus.

Epreuve n° 3

Elle consiste à porter secours à une personne en milieu aquatique comprenant :

  • le sauvetage d’une personne qui simule une situation de détresse se situant à 15 mètres au moins et 25 mètres au plus du bord ;
  • la victime saisit le sauveteur de face ; après s’être dégagé de la situation, le sauveteur transporte la victime vers le bord en sécurité ; pendant le parcours le sauveteur rassure la victime ;
  • le sauveteur sort la victime de l’eau sans utiliser les échelles ou tout autre moyen matériel ;
  • après avoir sécurisé la victime, le candidat effectue une vérification des fonctions vitales et ensuite, il explique succinctement sa démarche.

Le candidat effectue l’épreuve en short et tee-shirt. Le port d’une combinaison, lunettes de piscine, masque, pince nez ou tout autre matériel n’est pas autorisé.
Pour être déclaré apte, le candidat doit réaliser correctement l’ensemble de l’épreuve.

Epreuve n° 4

Elle consiste en un questionnaire à choix multiple (QCM) d’une durée maximale de 45 minutes durant lequel les questions posées doivent permettre d’appréhender les connaissances du candidat dans les domaines réglementaires et pratiques, faisant l’objet de diverses réglementations édictées par plusieurs départements ministériels.

Le QCM est composé d’un ensemble de quarante items portant sur les domaines suivants :

  • secourisme ;
  • aspects juridiques et réglementaires concernant la sécurité et le sauvetage aquatique ;
  • textes sur l’organisation et la sécurité des lieux de baignade ;
  • signalisation d’un poste de secours ;
  • signalisation des aides et matérialisation des lieux de baignade ;
  • balisage ;
  • règlements sur la conduite des embarcations et la pratique des sports nautiques et subaquatiques dans la zone littorale ;
  • organisation des secours ;
  • dispositions matérielles d’organisation et d’activation des postes de secours ;
  • mise en œuvre des moyens d’alerte ;
  • connaissance et diffusion des informations météorologiques ;
  • observations du champ de surveillance, diffusion des incidents, modalités d’alerte du poste de secours ;
  • connaissance de l’organisation des structures publiques de secours, conduite à tenir en cas d’accident ;
  • mesures conservatoires ;
  • premiers soins d’urgence ;
  • alerte des secours publics ;
  • mise en œuvre de moyens supplémentaires de secours.

Chaque item, formulé sous forme de question ou de propositions, est accompagné de trois à cinq réponses, dont une au moins est juste.
La réponse est considérée comme correcte, dès lors que le candidat a choisi les seules bonnes réponses à la question posée.
La réponse est considérée comme fausse lorsqu’elle est incorrecte ou incomplète ou en l’absence de réponse de la part du candidat.
Pour chaque réponse correcte, un point est attribué. Pour chaque réponse fausse, aucun point n’est attribué ou retiré.
La notation se fait sur un total de quarante points.
Pour être déclaré apte, le candidat doit avoir obtenu une note supérieure ou égale à 30.

Top